Les brûlures

 

Il se produit près de 500 000 brûlures par an en France. Chez l'adulte, dans un cas sur 2, les brûlures thermiques sont des accidents domestiques.

 

La peau a plusieurs rôles:

  • un rôle de protection contre les éléments extérieurs (soleil, pluie…),
  • un rôle de perception (c'est l'organe du toucher) grâce aux nombreuses terminaisons nerveuses, elle est sensible au chaud, au froid, à la douleur..
  • un rôle de sécrétion de sébum et de synthèse de la vitamine D2
  • Un rôle d'échange: la peau participe aux échanges respiratoires et régule la température corporelle.
Elle est constituée de 3 couches:
  • L'épiderme est la partie en contact avec l'extérieur.
    Il ne contient ni vaisseaux sanguins, ni vaisseaux lymphatiques.
    C'est là que se fabriquent la kératine présente dans les poils et les ongles, et la mélanine responsable de la pigmentation.
  • Le derme est constitué de tissu conjonctif richement vascularisé, il renferme les poils, les glandes sébacées et sudoripares.
    Le collagène et l'élastine qui le composent donnent à la peau résistance et élasticité.
  • L'hypoderme est la couche la plus profonde. Il est constitué de tissu conjonctif lâche et contient de nombreuses cellules adipeuses.

     

Les critères de gravité d'une brûlure dépendent de plusieurs facteurs:

  • L'étendue.
    La superficie d'une brûlure est évaluée en pourcentage de la surface corporelle. On applique la règle des 9 de Wallace pour une estimation approximative.
    Chez l'adulte, la tête et chaque bras représentent 9%, le dos, le tronc et chaque jambe, 18%, le périnée et les organes génitaux, 1%.
    Chez le petit enfant, la tête, le dos et le tronc représentent 18%, chaque bras 9%, 13,5% pour chaque jambe et 1 % pour les organes génitaux
    Elle conditionne le temps et le mode de cicatrisation ainsi que le risque cicatriciel

     

  • La profondeur d'une brûlure se définit par 3 degrés:
    Le 1er degré correspond à une simple destruction: c'est le coup de soleil.
    La peau est rouge, sèche, gonflée et douloureuse. La régénèration s'effectue sans cicatrice en 8 jours.

    Au 2eme degré, il y a atteinte du derme avec cloque.
    L'atteinte peut être superficielle avec destruction de l'épiderme et du derme superficiel.La plaie est rose parfois rougeâtre sous la cloque, douloureuse, saignante au contact.
    La guérison se fait sans séquelle en 15 jours. La peau guérie est moins pigmentée que le tissu normal.

    Si la brûlure est plus profonde, il y a destruction de l'épiderme et du derme profond.
    La plaie est rouge, brunâtre, suintante, souple, douloureuse.
    La guérison peut se faire en 3 semaines mais il y a des risques de complications et de séquelles (cicatrice).

    Le 3ème degré est le plus grave:
    avec destruction totale de la peau et atteinte du tissu sous-cutané. La plaie est blanche, jaunâtre ou noire, sèche et dure. la victime perd la sensibilité.
    La guérison est impossible sans greffe de peau.

     

  • Les circonstances de survenue sont à prendre en compte pour évaluer la gravité: le temps de contact avec l'agent brûlant, l'existence d'une explosion, l'inhalation de vapeurs brûlantes ou toxiques, un polytraumatisme…
  • La localisation peut aggraver le cas, si par exemple, il y a atteinte des voies aériennes supérieures.
    Les brûlures sur le visage entraînent un risque esthétique et l'atteinte des organes génitaux est complexe à résoudre. La localisation aux plis (main, pied, membre) peut entrainer un risque d'incapacité de l'articulation sous-jacente.

     

  • Les brûlures sont plus graves aux âges extrêmes de la vie, nourrissons et vieillards, car elles engagent plus gravement le pronostic vital et fonctionnel.
    L'état physiologique et l'existence d'une pathologie chronique sont également à prendre en compte.

 

  • En cas de brûlure, le premier geste d'urgence face à une brûlure du 1er ou 2ème degré est de refroidir la partie atteinte, en conduisant la personne à un point d'eau (robinet, douche) et en laissant couler doucement l'eau froide pendant au moins 10 minutes.
    Ne pas utiliser de glace .N'appliquer ni huile ni beurre sur les lésions.
    Il est préférable d'enlever bague, montre, bracelet, chaussures, car le membre risque d'enfler.
    En cas de douleur, il est possible de prendre un antalgique.

     

  • Pour les brûlures simples (qui ne dépassent pas 5% de la surface corporelle ou encore la surface de la paume de la main, du 1er ou du 2ème degré superficiel, elles ne touchent ni le visage, ni les mains, ni le siège), on appliquera localement une émulsion.
    Pour les brûlures du 2ème degré simple, après avoir rincé, 2 fois par jour, on appliquera un antiseptique non iodé,puis une émulsion pour application cutanée spécifiquement adaptée aux brûlures du second degré. Il est conseillé de couvrir avec une compresse stérile humidifiée.
    Si les cloques sont intactes, ne pas les percer.

     

  • Dans le cas d'une brûlure grave (lésion profonde du 2ème ou 3 ème degré et parfois étendue – plus de 5% de la surface corporelle- ou touchant le visage, les mains ou le siège), il ne faut pas enlever les vêtements si le tissu colle à la plaie, ne pas mettre de corps gras, protéger la brûlure avec un linge propre, sans fibre, sans serrer et appeler un médecin ou emmener le blessé à l'hôpital.

     

  • La brûlure très grave est profonde et/ou son étendue est supérieure à 50% de la surface corporelle.
    La vie de la personne est en danger
    Ne donner ni à boire ni à manger et ne pas toucher le blessé.
    Appeller les secours ou évacuer vers l'hôpital.

     

  • En cas de brûlure électrique, ne toucher à rien tant que le courant n'est pas coupé au compteur !

     

  • En cas de brûlures par des produits chimiques, il faut mettre des gants pour toucher le blessé, rincer abondamment, découper le tissu autour de la plaie, noter le nom du produit et aller à l'hôpital.

     

  • Une brûlure chez l'enfant nécessite toujours un avis médical.
    Il ne faut pas plonger l'enfant dans un bain froid car il risque une hypothermie.Ne donner ni à boire ni à manger.

     

  • Les brûlures suivantes sont du ressort des urgences.
    Brûlure des voies respiratoires (par inhalation),
    de la gorge et la bouche (l'enflure et l'inflammation qui peuvent gêner la respiration),
    sur la main ou le pied
    à l'œil (éviter de se frotter l'œil, rincer abondamment en maintenant l'œil ouvert. Si elle est due à un produit chimique, attention de ne pas éclabousser l'autre œil).

 

La cicatrisation de la brûlure comporte 3 phases:

  • La phase de détersion Il se produit une vasodilatation locale permettant la migration des macrophages. Ces cellules vont assurer l'élimination des débris nécrotiques qui encombrent la plaie.
  • La phase de granulation La prolifération des fibroblastes est à l'origine de cette phase de la cicatrisation. Accompagnée de néocapillaires, elle conduit à la formation du bourgeon charnu, de couleur rouge vif. Son apparition est le signe du début de la réparation tissulaire.
  • La phase d'épidermisatîon Le bourgeon charnu ayant comblé la perte de substance, les cellules de l'épiderme se mettent à glisser des bords de la plaie vers son centre. Le recouvrement épidermique stoppe le bourgeonnement et marque la fin de la cicatrisation.